La semaine économique et financière du Cercle

Coin du Cercle des Epargnants

Les mauvais résultats américains ainsi que les tergiversations chypriotes ont pesé sur la bourse parisienne vendredi et effacé en partie le rebond des premiers jours. Le CAC 40 a terminé à 3 729 points. Néanmoins, le solde de la semaine a été positif mettant fin  à trois semaines de baisse.

L’or en chute : cette semaine, l’or a enregistré une chute en passant en dessous de 1500 dollars l’once pour la première fois depuis 2011.

La zone euro verra-t-elle le bout du tunnel

Quelques signes positifs permettent d’espérer une sortie du marasme.

Ainsi, au mois de février, la production industrielle a enregistré une progression de 0,4%). Les ventes au détail n’ont que faiblement baissée en février quand au mois de janvier elles avaient fortement progressé en janvier.

La récession si elle est toujours présente semble néanmoins avoir atteint son plancher. Une certaine détente se fait jour sur les marchés avec des spreads  en baisse en particulier pour  l’Italie

L’Italie finance sur dix ans à 4,37% (le 11/04). Cet taux est toujours élevé au regard du taux de croissance. Il faut souligner que l’Italie dégage un excédent primaire avant paiement des intérêts. En revanche, l’aléa politique pèse sur le pays.

Conseil européen, le Portugal et l’Irlande gagnent 7 ans

Les ministres des Finances de l’Union européenne réunis aujourd’hui à Dublin ont étendu de 7 ans la maturité des prêts d’urgence accordés à l’Irlande et au Portugal dans le cadre des plans de sauvetage des deux pays.

Le Portugal a  soumis à ses partenaires européens un nouveau plan de baisse des dépenses publiques pour compenser la censure de certaines mesures d’austérité décidée la semaine dernière par la Cour constitutionnelle. 600 millions d’euros devront être  économisés qui prendront la forme de baisses de dépenses dans chaque ministère. Des mesures sont prévues pour 2014 seront anticipées dans les domaines de la sécurité sociale, de la santé, de l’éducation et des entreprises publiques.

Chypre, la négociation continue même une fois l’accord bouclé

Chypre a réévalué ses besoins à 23 milliards d’euros en lieu et place des 17 milliards d’euros prévus. Les 6 milliards d’euros seraient pris en charge par les déposants et par l’Etat (vente d’or et privatisations). Le Gouvernement chypriote a tenté de réclamer une rallonge à l’Europe qui a rapidement fermé la porte. Chypre espère accélérer le versement de fonds structurels.

Cette dérive s’explique par la récession qui réduit le potentiel fiscal de l’Etat et certainement par des difficultés accrues pour renflouer les banques.

L’Europe en reste à son plan, une aide de 9 milliards d’euros complété d’un milliard d’euros en provenance du FMI.

Il apparaît de plus en plus que la contribution des déposants pourraient aller jusqu’à 60 %.

Le FMI estime que le PIB pourrait reculer de 8,7 % en 2013 et de 3,9 % en 2014.

Les Etats-Unis, toujours entre-deux eaux

Les Etats-Unis continuent de décevoir en matière de résultats économiques mais les économistes restent confiants pour la croissance. Il n’en demeure pas moins que les incertitudes budgétaires constituent une menace à ne pas sous-estimer. La diminution des dépenses militaires aura un impact sur le secteur technologique. Il n’en demeure pas moins que la reprise de l’immobilier et les gains générés par la baisse du coût de l’énergie devraient portés la croissance des prochains mois.

A suivre

Mardi, le Royaume-Uni communiquera les résultats de l’inflation du mois de mars qui devrait se maintenir au-dessus de l’objectif des 2 %. Toujours au Royaume-Uni, mercredi sera rendu publics les résultats de l’emploi du mois de février avec à la clef une légère amélioration.

Jeudi, au Japon, les résultats du commerce extérieur seront  publiés avec une amélioration après les déficits du début d’année.

Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone