La France peut -elle espérer une baisse du taux de chômage ?

Le nombre de chômeurs dans la catégorie phare a battu son record en mars, à 3 224 600, a augmenté pour le 23eme mois consécutif, selon les chiffres du ministère du Travail. Ce nombre bat le précédent record de janvier 1997 qui était de 3 195 500.

Le nombre de chômeurs inscrits en catégorie A (ceux qui n’ont pas travaillé), a augmenté de 36 900 en France métropolitaine (+ 1,2 %). Sur un an, ce nombre augmente de 11,5 %. En tenant compte des personnes exerçant une activité réduite (catégories B et C), le nombre de demandeurs d’emploi a progressé de 0,7 % le mois dernier, soit 34 400 personnes, pour atteindre 4 741 100, en hausse de 9,8 % sur un an. En incluant les départements d’outre-mer, il a dépassé la barre symbolique de 5 millions, à 5 033 600 personnes.

En pourcentage de la population active, le taux de chômage s’est établi à 10,2 % au quatrième trimestre 2012 en métropole (10,6 % avec les départements d’Outre-mer), son plus haut niveau depuis 1999. Les chiffres du premier trimestre seront publiés le 6 juin. Le taux de chômage le plus élevé enregistré en France est de 11,3 %, en février 1997 et de mars à mai 1994.

Le nombre de demandeurs d’emploi de 50 ans et plus a ainsi augmenté de 1,3 % en catégorie A en métropole (+ 17,0 % sur un an) et de 1,1 % en A, B, C (+ 15,2 % sur un an). Ceux de moins de 25 ans ont vu leur nombre augmenter de 1,3 % en A, et de 0,8 % en A, B, C, soit des hausses respectives de 10,9 % et 9,8 % sur un an. Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits depuis un an ou plus en catégories A, B, C a augmenté de 1,1 % en mars en France métropolitaine (+ 15,1 % sur un an).

Les offres collectées par Pôle emploi ont diminué de 6,0 % le mois dernier (- 18,2 % sur un an).

Du fait des nouvelles entrées sur le marché du travail, il faut créer 200 000 emplois par an pour obtenir une baisse du chômage. Cette année, le nombre de départs à la retraite devrait augmenter du fait des dates de relèvement de l’âge légal de départ à la retraite. Il devrait y avoir près de 200 000 départs en plus ce qui permettrait de compenser en fin de période les arrivées sur le marché du travail à condition que les destruction se ralentissent. De manière plus structurelle, il faut entre un minimum de 1 % à 1,5 % de croissance pour créer des emplois. La Commission européenne prévoit une augmentation du taux de chômage en 2013 et 2014 avec respectivement 10,7 % et 11,0 %. L’OCDE prévoit des taux de 11,0 % cette année et 11,2 % en 2014 et le Fonds monétaire international 11,2 % et 11,6 %.

Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Derniers tweets

En attendant mon papier sur ce sujet Les Stones, U2 : pourquoi les papys du rock cartonnent toujours po.st/5GMcjc via @LesEchos