L’Etat entrepreneur contrôle près de 1500 sociétés et emploie 800 000 salariés

02/04/2015, classé dans

Selon l’INSEE, à la fin de l’année  2013, en France, l’État contrôle majoritairement, directement ou indirectement, 1 444 sociétes en détenant plus de la moitié de leur capital.

Par rapport à 2012, compte tenu des entrées et des sorties du champ des sociétés contrôlées par l’État, leur nombre augmente de 40. Ces entreprises emploient 801 000 salariés. Une augmentation de 1 % est enregistrée par rapport à 2012.

En outre, l’influence de l’État est plus étendue que la seule détention majoritaire de ces 1 444 sociétés. En effet, l’État est également présent de façon minoritaire dans le capital d’environ 600 autres sociétés. Il détient, par exemple, des participations  minoritaires dans les sociétés GDF-Suez (37 %), Thalès (27 %), Renault (15 %) et Orange, ex France Télécom (13 %).

Environ quatre-vingts sociétés sont sorties de la sphère publique en 2013, du fait de cessations d’activité ou de ventes de filiales ; fin 2012, elles employaient 5 500 salariés. Le tiers de ces sociétés appartient au groupe EDF, en raison de la cession d’une partie des centrales photovoltaïques d’EDF Énergies Nouvelles.

Les disparitions de sociétés sont également dues aux restructurations qui ont lieu au sein des groupes. En 2013, dans le groupe La Française des jeux (FDJ), plusieurs sociétés de distribution ont ainsi fusionné pour former la Française du patrimoine (FDP). Dans le groupe Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), qui contrôle l’entreprise Areva, Areva NP a absorbé Melox et JSM Jeumont ; Areva NC, la Comhurex, et Areva TA, Technoplus industries.

Le secteur tertiaire prédomine : il concentre les quatre cinquièmes des effectifs de l’ensemble de ces sociétés. La présence de l’État y est forte par l’intermédiaire de grands groupes dans les transports et entreposage et les activités scientifiques et techniques. Fin 2013, les sociétés contrôlées par l’État emploient ainsi 494 000 salariés dans le secteur des transports et de l’entreposage ; parmi ces salariés, neuf sur dix dépendent des groupes La Poste, SNCF et, dans une moindre mesure, de la Régie autonome des transports parisiens (RATP). Loin derrière, les secteurs des activités scientifiques et techniques et des services administratifs et de soutien emploient 59 000 salariés ; près de la moitié d’entre eux travaillent dans le secteur de la recherche et du développement, principalement au sein du CEA.

Avec 23 800 emplois, le secteur de l’information et de la communicationreprésente 3 % des salariés des sociétés du tertiaire contrôlées par l’État ; les salariés de France Télévisions constituent à eux seuls près de la moitié de cet effectif. Le secteur des activités financières et d’assurance représente 3 % des emplois du tertiaire de la sphère publique d’entreprises ; 60 % des salariés de ce secteur font partie du personnel de la Banque de France et 15 % de celui du groupe La Poste, via La Banque Postale.

Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Derniers tweets

Le Coin des Epargnants : Tesla et le syndrome de la tulipe verte cercledelepargne.com/le-coin-des-ep…

Ma NL retraite est sortie hier. Au sommaire de ce 18ème numéro : les retraités profitent de la crise et l'handicap… twitter.com/i/web/status/1… Retweeted by Philippe Crevel

Nouvelle baisse de la rémunération des livrets bancaires fiscalisés cercledelepargne.com/nouvelle-baiss…