Prévisions INSEE : la chronique d’une croissance qui ne veut pas revenir !

24/06/2014, classé dans

Un taux de croissance revu à la baisse, quel impact pour les finances publiques

Le Gouvernement avait retenu un taux de croissance de 1 % pour 2014 ; or selon les dernières prévisions de l’INSEE, la croissance ne devrait pas dépasser 0,7 en 2014. Cette moindre croissance devrait générer une dérive modérée du déficit d’environ 2 milliards d’euros. Le taux de 0,7 % est a priori crédible même si de nombreux instituts penchent pour une croissance tournant entre 0,5 à 0,6 %.

Le chômage, une légère accalmie attendue fin 2014

Selon l’INSEE, l’emploi dans les secteurs marchands non agricoles a reculé au premier trimestre 2014 avec une destruction de 22 000 postes. L’INSEE ne prévoit pas d’amélioration sensible du marché de l’emploi marchand du fait de la faible croissance. en revanche, l’institut croit aux effets des emplois aidés qui devraient aboutir à une croissance de l’emploi total.

Ainsi, en 2014. l’emploi non marchand serait en hausse. au premier semestre avec 22 000) postes comme au second avec une progression attendue de 38 000 postes. L’emploi total progresserait donc de 54 000 postes en 2014. après avoir crû de 55 000 en 2013.

Cette progression de l’emploi n’empêchera pas une augmentation du chômage du fait de l’augmentation de la population active. Au premier trimestre 2014. le taux de chômage s’est stabilisé à 10.1 % de la population active en France en moyenne (9.7 % en France métropolitaine). Au deuxième trimestre. le taux de chômage augmenterait à nouveau légèrement. à 10.2 % (9.8 % en France métropolitaine). L’INSEE table simplement sur une stabilisation au cours d second semestre.

L’inflation, calme plat sur les prix, quelle conséquence pour le livret A

Pour l’INSEE, il n’y a pas de hausse à attendre de l’inflation qui devrait rester inférieure à 1 % et qui devrait si le Gouvernement appliquait la formule à la baisse du taux de rendement du Livret A. Mais, il ne devrait pas suivre sur ce terrain les recommandations du Gouverneurs de la Banque de France. Le glissement annuel des prix à la consommation devrait être, en 2014, de +0.7 %. L’INSEE table sur une légère remontée de l’inflation à la fin de l’année.

Bonne nouvelle, le pouvoir d’achat en hausse

Toujours selon l’organisme statistique, le salaire moyen par tête aurait augmenté au premier trimestre 2014 de 0.6 % après +0.4 %). En revanche, mauvaise nouvelle, le salaire moyen par tête ne connaîtrait qu’une faible hausse de +0.3 %) au deuxième trimestre.  En moyenne en 2014. les salaires réels accéléreraient légèrement  avec une hausse de +1.0 % après une hausse de +0.8 % en 2013).

Bonne nouvelle, après un  recul en 2012 de 0.9 % lié à l’augmentation des impôts, le pouvoir d’achat des ménages s’est stabilisé en 2013. grâce au recul de l’inflation (+0.6 % après +1.4 % en 2012). En 2014. le pouvoir d’achat du revenu disponible brut des ménages est prévu en hausse de 0.7 % du fait d’un ralentissement de la hausse des impôts et cotisations avec +2.5 % après +4.2 % en 2013) . En revanche, le gel des  prestations sociales se ferait sentir.

La consommation sur un rythme de sénateurs

Pour la consommation, l’INSEE table sur une toute petite hausse de 0,3 % comme en 2013.

Le yoyo de l’épargne continue

Le taux d’épargne joue au yoyo avec une hausse de 1,4 point au premier trimestre, le taux passant à 16,1% soit le plus haut niveau depuis le printemps 2011.  Néanmoins, l’INSEE penche pour une baisse du taux  d’épargne  sur le reste de l’année 2014. s’établissant à 14.7 % au quatrième trimestre. soit le même niveau qu’un an auparavant . En moyenne annuelle. il progresserait de 0.3 point. à 15.4 %.

Le début de la rigueur pour les dépenses publique

La rigueur au niveau des dépenses publiques commenceraient à se faire ressentir En effet, la consommation publique progresserait de 0.3 % par trimestre d’ici fin 2014  avec une hausse en moyenne sur l’année serait de 1.6 % contre 1,89 %,en 2013. L’’investissement public en ferait les frais avec un recul en première partie de l’année accentuée par le  cycle électoral municipal. Il se stabiliserait d’ici fin 2014.

L’investissement toujours en panne

Au premier trimestre 2014, les ménages sont prudents en matière d’l’investissement des ménages. L’investissement dans les logements neufs  a continué de baisser pour le neuvième trimestre consécutif (-2.6 % après -2.2 %). Compte tenu de l’acquis au premier trimestre 2014, la baisse de l’investissement des ménages s’accentuerait en 2014 (-6.7 % après -3.1 % en 2013). le plus fort repli depuis 2009.

L’investissement des entreprises est à nouveau orienté à la baisse avec une chute de 0,5 % au premier trimestre 2014. D’ici la fin de l’année  2014. l’investissement des entreprises devrait selon l’INSEE augmenter à un rythme modéré (+0.2 % en moyenne par trimestre).

Les prévisions de juin 2014 de l’INSEE corrigent à la marge les prévisions du Gouvernement. Même si l’Institut attend une amélioration très légère de la conjoncture économique, de nombreux indicateurs demeurent dans le rouge. Il faut souligner que la panne de l’investissement constitue un élément inquiétant pour le futur de l’économie française. L’INSEE considère néanmoins que le crédit d’impôt compétitivité devrait améliorer la compétitivité des entreprises d’ici la fin de l’année.

Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Derniers tweets

Le Coin des épargnants du 22 septembre 2017 | Lorello lorelloecodata.com/le-coin-des-ep…

Le Coin de l’Agenda économique et financier du 24 septembre au 1er octobre | Lorello lorelloecodata.com/le-coib-de-lag…

Le taux d’épargne en hausse à 14,5 % du revenu disponible brut au 2e trimestre cercledelepargne.com/taux-depargne-…