L’OCDE passe au crible les Pays-Bas

28/04/2014, classé dans

Les Pays-Bas ne font pas trop parler d’eux grâce à un excédent commercial et une relative maîtrise de se déficits publics. Reconnus pour leurs activités commerciales, le haut niveau de la recherche et de l’innovation, les Pays-Bas doivent néanmoins faire face à quelques faibles qui sont décrites dans la dernière analyse de l’OCDE. L’organisation internationale est inquiète face à la progression des ménages et à la vulnérabilité des banques.

Pour l’OCDE, les Pays-Bas sortent progressivement d’une récession à double creux, avec des finances publiques renforcées et des réformes bien engagées pour améliorer le marché du travail et la situation en matière de logement, de soins de santé et de retraites. Les réformes commencent à porter leurs fruits selon l’OCDE, avec un taux de croissance qui devrait atteindre 1% cette année puis 1.3% en 2015. En dépit d’une perspective globalement positive, de nombreux défis persistent selon une série de trois nouveaux rapports de l’OCDE. La croissance potentielle se situe à près de deux points d’indice en dessous du niveau de 2000 et la majorité du secteur bancaire du pays est exposé à un fort endettement des ménages. Les petites et moyennes entreprises ont des difficultés à accéder au crédit dont elles ont besoin pour leur développement, ce qui peut entraver l’innovation nécessaire pour assurer dans l’avenir une croissance économique robuste. En présentant aujourd’hui l’Étude économique des Pays-Bas en même temps que les Examens de la politique d’innovation et de la politique territoriale de ce pays, le Secrétaire général de l’OCDE Angel Gurría a souligné que : « L’ouverture de l’économie néerlandaise est une source de dynamisme, mais la croissance en Europe et dans le reste du monde étant sans doute appelée à rester au mieux limitée, le pays ne peut compter sur une forte impulsion économique venant de l’étranger. Il est plus capital que jamais que ses politiques intérieures soient bien orientées. ».« Les réformes identifiées dans ces trois rapports se renforcent mutuellement », a ajouté M. Gurría. « L’assainissement de l’équilibre des comptes des banques et des ménages peut avoir des retombées bénéfiques sur l’ensemble de l’économie. Intensifier la politique d’innovation peut contribuer à faire progresser la compétitivité de secteurs clés du pays. Et l’amélioration des politiques urbaines et territoriales peut aider à faire en sorte que la croissance dans les villes néerlandaises maximise leur potentiel en terme de productivité et d’élévation du niveau de vie dans l’ensemble du pays.

Lire l’analyse de l’OCDE

Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone