2018, un résultat en demi teinte pour le chômage en France

25/01/2019, classé dans

La France demeure avec la Grèce, l’Italie, le Portugal et l’Espagne un pays à chômage massif au sein de l’Union européenne quand le reste de l’Europe est en situation de quasi plein emploi. Cette spécificité latine ne peut pas être imputée à la seule démographie certains des pays cités comme l’Italie sont en déclin démographique. Est-ce lié à la réglementation du travail ou au niveau de compétences des actifs ? Les facteurs de ce chômage sont, par nature, multiples. Malgré tout, en 2018, le nombre de demandeurs d’emploi enregistrés à légèrement diminué en France. Au moment où les partenaires sociaux doivent trouver des solutions pour équilibrer les comptes de l’assurance chômage, la baisse du nombre de personnes indemnisées ne pourra que les réjouir.

En France (y compris départements-régions d’outre-mer, hors Mayotte), le nombre de demandeurs d’emploi s’élève fin 2018 à 3 676 500 pour la catégorie A en baisse de 1,4 % sur un an). Pour les catégories A, B, C, ce nombre s’établit à 5 915 700. Il a diminué de 0,2 % sur un an. Pour la seule France métropolitaine, sur un an le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A inscrits à Pôle Emploi a baissé de 1,5 % et s’établit à  3 418 600 personnes sont sans emploi (catégorie A). Pour les catégories A, B et C, la baisse est sur un an de 0,3 % (5 605 000 demandeurs d’emploi)

En 2018, le nombre de demandeurs d’emploi (catégorie A) a diminué tant chez les jeunes de moins de 25 ans que chez les seniors ainsi que chez les 25 / 49 ans. Malgré tout, le recul a été plus important pour cette dernière catégorie (-2,1 %) que pour les jeunes (-1,3 %) et les plus de 50 ans (-0,1 %). De même, la repli est plus important pour les hommes (-2,1 %) que pour les femmes (-0,7 %).

Le chômage de longue durée s’accroît. 47,7 % des demandeurs d’emploi (catégorie, A, B et C) sont inscrits depuis plus d’un an, en hausse de 2,4 point en un an. L’ancienne moyenne au chômage est de 620 jours en augmentation de 27 jours sur 12 mois. Cet allongement de la durée moyenne de chômage et du nombre de chômeurs de longue durée posent le problème de leur employabilité.

En France métropolitaine, le nombre moyen d’entrées en catégories A, B, C a diminué de 3,6 % sur un an. Ce repli s’explique par la diminution des retours sur le marché du travail (-12 %) et la baisse des licenciements économiques (-9,1 %). En France métropolitaine, le nombre de sorties de catégories A, B, C baisse de 0,3 % sur l’ensemble de l’année. Avec la fin du plan de formation pour les demandeurs d’emploi qui avaient été engagé par François Hollande, les sorties pour stages diminue de 11 %. Après les nombreuses radiations administratives opérées en 2017, ces dernières sont en baisse de plus de 5 % l’année dernière.

Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Derniers tweets

Moral en baisse, épargne en hausse - étude INSEE sur le moral des ménages @phcrevel cercledelepargne.com/moral-en-baiss…

Philippe Crevel, économiste : «La situation de l'industrie #automobile française était compliquée avant même la cri… twitter.com/i/web/status/1… Retweeted by Philippe Crevel