Super Mario sort la grosse artillerie

22/01/2015, classé dans

Mario Draghi était attendu et il a répondu présent. Après la prise de position de la Cour de Justice de l’Union Européenne légitimant les programmes d’achat d’actifs, après la déconnexion du franc suisse de l’euro, la BCE avait les mains libres pour lancer son quantitative easing. Certes, la BCE interviendra sur le marché secondaire. Certes, l’objectif de la BCE est d’augmenter le taux d’inflation et non de favoriser le retour au plein emploi. Mais, la BCE passe à la vitesse supérieure en décidant un programme d’achats de titres portant sur 60 milliards d’euros par mois et cela au moins jusqu’en septembre 2016. Le plan débutera au mois de mars et l’une enveloppe globale pourra atteindre 1.140 milliards d’euros. 20% du risque sera supporté par la BCE elle-même, les 80% restant étant partagés par les banques centrales des pays de la zone euro, limitant ainsi le degré de solidarité entre contribuables européens lors des futurs achats. Ces 80 % seront réalisés sur la base de la participation des banques centrales nationales au capital de la BCE. C’est une concession aux Allemands.

Le programme englobera les programmes déjà annoncés, le programme d’achat de titres adossés à des actifs (asset-backed securities purchase programme, ABSPP) et le programme d’achat d’obligations sécurisées (CBPP3). Le montant de 60 milliards d’euros annoncé par la BCE fait référence aux trois programmes. Les achats seront réalisés  moins jusqu’en septembre 2016 et en tout cas jusqu’à ce que le Conseil des gouverneurs observe un ajustement durable de l’évolution de l’inflation conforme à son objectif de taux inférieurs à, mais proches de 2 % à moyen terme.

Il ne s’agit pas d’achat sur le marché primaire. En effet, la BCE achètera contre de la monnaie de banque centrale, sur le marché secondaire, des obligations émises par les administrations centrales, les agences et les institutions européennes de la zone euro. Les institutions vendant ces titres pourront l’utiliser pour acquérir d’autres actifs.

Mario Draghi a souligné que l’Europe ne pouvait pas compter que sur la seule politique monétaire pour s’en sortir.   »Il faut que les gouvernements et la Commission européenne agissent ». « La politique monétaire peut créer les bases pour la croissance, mais pour que la croissance s’affermisse il faut de l’investissement »,

Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Derniers tweets

Philippe Crevel, économiste : «La situation de l'industrie #automobile française était compliquée avant même la cri… twitter.com/i/web/status/1… Retweeted by Philippe Crevel