Suisse et dépréciation, stop à la démagogie poujadiste !

10/02/2014, classé dans

Les Suisses demandent la fermeture des frontières et un Ministre de l’Industrie et du redressement national français réclame la dépréciation de l’euro. Le temps est aux raccourcis économiques et aux sorties de route.

La Suisse dont le taux de chômage n’était que de 3,5 % au mois de janvier décide à 50,3 %par référendum de mettre un terme à l’appel de l’immigration. Or, sans l’apport de la population d’origine étrangère, point de salut pour ce petit pays qui doit faire face à une pénurie de main d’œuvre.

Les premiers perdants de cette votation sont les travailleurs frontaliers qui devront entrer sous les fourches des quotas et des conditions des autorités russes.

La population immigrée représente 27 % de la population suisse soit environ 1,9 millions de personnes. Après le Luxembourg, c’est le pays qui comprend le plus d’étrangers. Il faut distinguer les travailleurs frontaliers qui passent chaque jour la frontière des immigrés installés en Suisse. Sur le 1,9 million installés en Suisse, 1,2 millions vient de l’Europe dont 284 000 d’Allemagne, 104 000 de France et 292 000 d’Italie. Les Portugais s’élèvent à 238 000. A ces chiffres, il faut ajouter les travailleurs frontaliers qui pourraient être plus de 200 000 dont une grande partie vient de France.

La Suisse compte 8,1 millions d’habitants. Le taux de natalité est faible en ce qui concerne les Suisses non étrangers. Le taux de fécondité est de 1,8 pour les immigrés et de 1,2 pour les natifs suisses.

La remise en cause des accords avec l’Union européenne pourrait aboutir à une réduction de la croissance avec des goulets d’étranglement. En outre, plusieurs grandes entreprises pourraient être incitées à se délocaliser du fait de la pénurie de main d’œuvre et des augmentations des coûts.

Pour la France, ce n’est pas une bonne nouvelle pour les régions situées à proximité de la Suisse. En effet, environ 100 000 résidents français travaillent en Suisse. Ces travailleurs frontaliers bénéficiant d’emplois et de salaires plus élevés qu’en France font le bonheur des régions de l’Est comme le Jura.

Cette montée du poujadisme est européenne. Il y a aujourd’hui une volonté manifeste d’imputer tous les torts, tous les problèmes imaginaires ou réels à l’Europe. Ainsi, il est de bon ton d’accuser la monnaie unique d’être responsable de notre chômage, de notre déficit commercial ou de notre manque de compétitivité. Les arguments rationnels n’ont pas de poids face à la démagogie de certains. Affirmer que l’euro n’empêche pas les Allemands de dégager des excédents commerciaux de près de 200 milliards d’euros, que l’Espagne a réussi à augmenter, en 2013, d’augmenter ses exportations tout comme le Portugal, rien n’y fait. L’euro jouerait contre la France. De même, les partisans de la dépréciation de l’euro oublie de souligner que nos importations énergétiques payées en dollar qui représentent plus des deux tiers de notre déficit verraient leurs coûts augmenter, que le pouvoir d’achat des ménages serait réduit. En outre, il ne faut pas oublier que 60 % des exportations françaises s’effectuent au sein de l’Union européenne. Une dépréciation n’aurait pas d’incidence sur ses exportations qui sont réalisées notamment par les PME. Une dévalorisation de l’euro avantagerait les grands exportateurs.

Le problème de la France ne vient pas de l’euro mais du positionnement de ses produits. En effet, 60 % de notre production est de gamme moyenne. Elle est, de ce fait, exposée à la concurrence des produits des pays émergents. Seulement un cinquième de notre production peut être qualifiée de haut de gamme. Ce positionnement nous rend vulnérable à toute augmentation des prix ce qui explique notre différence vis-à-vis de l’Allemagne. Du fait que nous sommes mal installés sur le premium, tout accroissement du prix de vente se traduit par une perte de parts de marché. Jouer la baisse de l’euro, c’est se donner une dernière bouffée d’air avant de mourir. Le Ministre du redressement économique devrait mettre toute son énergie à améliorer le positionnement de notre production et faciliter l’investissement. C’est par le haut que les pays avancés peuvent renouer avec une croissance durable. Ce n’est pas en titillant les aspects grégaires et poujadistes que nous nous en sortirons.

Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Derniers tweets

Pourquoi vos placements vous rapportent moins que vous ne le pensez... boursorama.com/actualites/pou… via @Boursorama

LE CERCLE DE L'EPARGNE : Le Mensuel du Cercle de l'Epargne N°38 de juin 201... cercledelepargne.blogspot.com/2017/06/le-men…

Le Mensuel N°38 du Cercle de l’Epargne : juin 2017 philippecrevel.fr/le-mensuel-n34…