Petite collecte positive au mois de novembre pour l’assurance-vie !

24/12/2013, classé dans

Avant l’arrivée de l’eurocroissance et du contrat génération, l’assurance-vie résiste dans un climat peu propice à l’épargne. En effet, le taux d’épargne recule du fait de la baisse du pouvoir d’achat des Français (-0,1 % au troisième trimestre). La collecte reste positive sans être exceptionnelle. A la différence du Livret A qui pâtit de la baisse de son taux, l’assurance-vie bénéficie de taux rendements constants autour de 3 %. Par ailleurs, la stabilisation de son régime fiscal, après de longs débats, a contribué à rassuré les épargnants qui ont réduit le montant des rachats.

Après 400 millions d’euros, au mois d’octobre, la collecte nette de l’assurance-vie a,  été, en effet, positive de 600 millions d’euros en novembre.

Depuis le début de l’année, la collecte nette s’élève néanmoins à 12,2 milliards d’euros mais reste inférieure à celle de l’épargne défiscalisée, encours Livret A et LDD qui s’élève à 18,37 milliards d’euros (encours du Livret A et du LDD : 361 milliards d’euros / encours assurance-vie : 1458 milliards d’euros)

La collecte brute s’est, en effet, élevée à 8,8 milliards d’euros en retrait par rapport à octobre où elle avait atteint 10,2 milliards d‘euros. Les Français disposent de moins de disponibilités pour épargner que ce soit à court ou long terme. Elle est juste supérieur au montant de 2012 qui était de 8,8 milliards d’euros

Le mois de novembre a été marqué par une moindre propension aux rachats de la part des épargnants. Ils se sont élevés à 8,2 milliards d’euros contre 9,8 milliards d’euros au mois d’octobre et à 9 milliards d’euros au mois de novembre 2012.

L’encours a progressé de 5 % sur un an et s’élève désormais à 1458 milliards d’euros

Les Français semblent vouloir maintenir leurs positions en faveur de l’épargne longue ce qui est positif pour le financement de l’économie et de la dette publique. L’apparition de nouveaux produits, en 2014, devrait doper ce compartiment d’épargne à long terme.

Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone