Métro, boulot, dodo, c’est fini ?

31/10/2015, classé dans

L’agenda des Français a profondément évolué ces 35 dernières années. Avec le développement du travail féminin, le rééquilibre partiel mais réel des tâches au sein des couples, l’apparition de nouvelles pratiques sociales ainsi que la montée en puissance du numérique, la répartition du temps dans la semaine n’est plus la même comme le prouve l’analyse des statistiques de l’INSEE.

Moins de travail, moins de tâches domestiques

Le temps de travail et des activités domestiques pour les citadins français a diminué de 10 heures par semaine de 1974 à 2010 selon les statistiques de l’INSEE. Cette baisse s’explique par la réduction du temps de travail, par la montée en puissance du nombre des retraités pour les hommes et par une réduction du temps consacré aux tâches domestiques pour les femmes. Depuis 1974, de nombreuses activités domestiques ont été automatisées ou externalisées. Le recours de plus en plus important à des services à la personne (garde d’enfants, ménage), l’achat de plats préparés et l’augmentation du nombre de repas pris à l’extérieur du foyer ont fortement contribué à la baisse des heures consacrées aux activités purement ménagères.

La part du travail professionnel dans le temps contraint (travail professionnel + tâches domestiques) a diminué, de 1974 à 2010, de 72 à 60 % pour les hommes et a augmenté de 33 à 39 % pour les femmes.

Une convergence relative des emplois du temps entre les hommes et les femmes

Une convergence entre hommes et femmes s’est opérée même si elle n’est pas complète. Ainsi, la part des hommes dans le travail domestique est passée de 27 à 39 % de 1974 à 2010, celle des femmes consacrée au travail professionnel est passée sur la même période de 34 à 40 %. La part des loisirs est passée pour ces dernières de 45 à 47 %. Cette convergence est facilitée par la diminution des temps consacrés au travail et aux activités ménagères.

Le temps des hommes consacré aux activités domestiques a augmenté de 3,8 heures en 35 ans. L’essentiel de cette progression est intervenu entre 1974 et 1986. Cette progression doit être relativisée car il faut tenir compte du nombre plus important de retraités et du fait que les hommes surtout dans les années 70 et les années 80 étaient les principales victimes du chômage.

Les femmes consacrent, de leur côté, 10 heures de moins par semaine aux activités domestiques en 2010 par rapport à 1974. Cette évolution est progressive sur toute la période. Elle est liée à la modification des pratiques, par le moins grand nombre d’enfants par famille et par rééquilibrage des tâches au sein du couple.

La gestion du linge n’est plus un sujet

Les gains de temps au niveau des tâches domestiques concernent en premier lieu le linge. Un gain de 2 heures par semaine a été enregistré entre 1974 et 2015 du fait du recours systématique à la machine à laver et à la baisse du temps passé à repasser.

La cuisine est devenue un loisir car elle occupe de moins en moins de temps

Le temps consacré au repas a diminué de 5 heures par semaine du fait des changements d’habitude dans l’alimentation et de l’utilisation du lave-vaisselle. 45 % des ménages disposaient en 2010 d’un tel équipement contre 5 % en 1974. La part des produits transformés achetés par les ménages a été multipliée par deux en 30 ans et représente 40 % du budget alimentaire. 90 % des ménages possèdent un congélateur et le nombre de micro-ondes a été multiplié par 8 lors des quinze dernières années.

Par ailleurs, la restauration extérieure représentait 25 % du budget alimentaire des familles et a connu une forte progression à partir de la fin des années 90.

Le temps du ménage reste stable

Le temps consacré au ménage reste stable malgré l’accroissement de la superficie des logements et que le nombre de personnes vivant seules a fortement augmenté ces dernières décennies. La diffusion des aspirateurs, la généralisation des surfaces facilement nettoyables, l’utilisation des couettes… expliquent cette stabilisation. Par ailleurs, le rituel du rangement des pièces et des chambres des enfants est une valeur en perte de vitesse. L’externalisation du ménage est nette surtout en milieu urbain. 10 % des ménages recourent à un emploi à domicile en 2010 contre 6 % en 1986. Ce taux est de 25 % chez les plus de 65 ans. Ce développement de l’emploi à domicile est lié à la mise en place du dispositif d’incitation fiscale.

L’explosion du temps libre

De 1974 à 2010, le temps libre ou consacré aux loisirs a progressé de 9,8 heures pour les hommes et de 8,3 heures pour les femmes. En un peu moins de quarante ans, il a augmenté de 33 %. Depuis 1974, le temps consacré à la télévision a augmenté de 5,6 heures (5,7 heures pour les hommes et 5,4 heures pour les femmes). Dans la dernière décennie avec le développement d’Internet, le temps dévolu à la télévision s’est stabilisé. Ce temps diminue même chez les jeunes et les actifs.

La lecture, une valeur en baisse bien que…

Le temps dévolu à la lecture a baissé depuis 1974, 2,2 heures de moins par semaine pour les hommes dont 1,1 heures de moins pour la seule décennie 2000 /2010. Chez les femmes, la baisse est moindre (-0,7 heures de 1974 à 2010). Cette diminution doit être relativisée du fait que la lecture s’effectue de plus en plus par le biais d’Internet. Or, l’INSEE classe la consultation des sites d’information et autres dans la rubrique des activités récréatives. Cette consultation est évaluée à 0,9 heure par semaine. Les activités dites récréatives ont explosé en 35 ans. Elles sont passées de 1 à 4 heures par semaine. Elles comprennent les jeux, la musique, la peinture… Les activités récréatives sur ordinateur sont passées de quelques minutes en 1986 à 2,6 heures en 2010. Si 8,2 % des ménages avaient un ordinateur en 1989, ils sont désormais plus de 70 %. Depuis 1998, le temps dévolu aux jeux vidéos et la navigation récréative sur Internet a été multiplié par plus de 4.

La musique est avant tout un fond sonore

Les Français écoutent de moins en moins la musique de manière exclusive. Elle est devenue un fond sonore associé à d’autres activités. La musique pour la musique prend plus que 0,2 heure par semaine en 2010 contre 0,9 heure en 1974. En revanche, le temps d’écoute de la musique en faisant autre chose a été multiplié par trois. La musique est devenue une activité individuelle avec le développement des baladeurs numériques.

Le sport pour garder la forme

Le sport occupe une place croissante avec 1,1 heure par semaine en 2010 contre 0,4 heure en 1974. La pratique sportive s’est développée essentiellement du fait des femmes.

On ne se parle plus !

Le temps consacré à la conversation au sein de la famille ou avec les amis a fortement diminué en 36 ans. Il est passé de 3,7 heures à 1,9 heure. Le développement des outils numériques, l’augmentation des temps de transports et la multiplication des loisirs expliquent cette évolution. En revanche, les visites extérieures (diners chez des amis, réception…) augmentent. Les ménages français y consacrent 3,4 heures en 2010 contre 2,3 heures en 1974.

Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Derniers tweets

Les douches devront être à l’italienne en janvier 2021 dans le neuf immobilier.lefigaro.fr/article/les-do… Retweeted by Philippe Crevel

CSG : pas de remboursement pour les retraités après l’erreur de la CNAV cercledelepargne.com/csg-pas-de-rem…

Opinion | Politique salariale : les effets pervers lesechos.fr/idees-debats/c…