LES FONDEMENTS DE LA CROISSANCE EN CORSE DANS LES ANNEES 2000

18/02/2010, classé dans

lire le dossier complet et télécharger en pdf

La Corse a connu de 2002 à 2008 un développement économique en liaison avec l’accroissement démographique et dans le prolongement des accords de Matignon. En règle générale, l’économie de la Corse suit avec retard les mouvements du continent même si lors des derniers ralentissements, en 1997 et 2001, la Corse est sortie plus rapidement de la crise.

Ce développement n’a pas effacé les effets des précédentes décennies. L’ile reste de ce fait dans la fin du peloton des régions pour le PIB par habitant.

Les différents plans adoptés depuis plus de vingt ans, certainement de leur caractère trop centralisé, n’ont pas permis de créer un cycle autoentretenu de développement de l’économie corse qui demeure center sur ces deux piliers traditionnels que sont le secteur tertiaire (administration et tourisme) et le secteur du BTP.

Le non respect des engagements de la part de l’Etat et les retards dans la réalisation de certaines infrastructures en particulier dans les domaines des transports et de l’énergie ont freiné le rééquilibrage des activités.

Il n’en demeure pas moins que l’Ile tant par son positionnement géographique que par ses richesses naturelles et humaines peut, dans les prochaines années, devenir une région pilote en matière de développement économique équilibré. Comme l’a prouvé la Vendée qui a enregistré en tant que département un des plus fort taux de croissance ces vingt dernières années, il est possible de concilier croissance, identité et développement durable.

La Corse doit relever un certain nombre de défis, défis qui sont communs à toutes les régions méditerranéennes.

- Le défi démographique et du vieillissement
- Le défi de la croissance équilibrée

La Corse comme l’indique Michel Vergé-Franchesci et Jean Casta a été longtemps au cœur de la zone la plus dynamique de la planète, le bassin méditerranéen. Le basculement du centre économique vers Londres puis vers les Etats-Unis et la fin des empires coloniaux a fait perdre à l’ile son rôle stratégique. Placée en dehors des routes économiques du 20ème siècle, la Corse n’a qu’imparfaitement bénéficié de l’accélération de la croissance de l’économie mondiale.

Ce scénario semble avoir touché à sa fin du fait que l’industrie qui a fait la richesse de certaines régions du continent subit en Europe la concurrence de l’Asie et que les mouvements de population se sont inversés. La Corse, longtemps terre d’émigration est redevenue une terre d’immigration (retour d’habitants nés en Corse, de Continentaux ou d’habitants en provenance d’autres pays). La mondialisation rebat les cartes et remet en valeur les atouts de la Corse.

La révolution des technologies de la communication et de l’information permet de s’affranchir des distances. La recherche d’un développement plus harmonieux et plus axé sur les richesses locales est aujourd’hui mise en exergue.

Ces différents facteurs expliquent en partie l’essor économique de l’Ile.

lire la suite de la note

Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Derniers tweets

Les Rolling Stones débarquent en France et avec eux, c’est toute une entreprise qui arrive | Atlantico.fr po.st/VrqQOg via @po_st

Hausse de la CSG: "Les retraités doivent participer à l'effort national" rmc.bfmtv.com/mediaplayer/vi… via @RMCInfo

Les entreprises continuent à recourir aux crédits cercledelepargne.com/entreprises-co…