les dangers du dopage en économie

06/09/2010, classé dans

Dans les années soixante-dix, l’excès de keynésianisme avait abouti à la stagflation, mix d’inflation et de stagnation économique avec à la clef le développement du chômage. En ce début de siècle, le keynésianisme provoque non pas la stagflation mais une stagnation qui pourrait virer en déflation. Il est à souligner que depuis des années les économies occidentales sont dopées soit par les déficits publics (en France, le dernier excédent budgétaire est vieux de trente cinq ans) , soit par le développement de l’endettement privé, soit par les deux.

La déconnexion entre les liquidités et les gains de productivité ont généré des bulles spéculatives et ont altéré l’échelle des risques.

Si en 2008/2009, l’objectif était de gagner du temps en évitant un effondrement systémique de la sphère financière ; l’objectif a été atteint. En revanche, s’il était espéré que l’injection de milliers de milliards de dollars suffiraient à relancer l’économie de manière saine et durable, l’exercice était vain. A problèmes structurels, le remède ne peut pas être conjoncturel.

L’exigence d’immédiateté imposée par les médias ainsi que la dictature de l’émotion conduisent à l’adoption de mesures symboliques fortes puis à leur oubli or la crise que nous connaissons n’est pas un phénomène éphémère. Par sa nature, elle suppose une modification en profondeur des structures.

Les pays occidentaux ne semblent pas avoir pris conscience de la réalité de la situation. Ils paient le sou-investissement chronique et le choix pour le présent.

Bénéficiant d’une avance technologique et financière sur les pays émergents, ils considèrent qu’il n’y a pas d’urgence. Il y a une certaine acceptation du déclin indolore dans lequel nous évoluons.

L’incapacité des pouvoirs publics en France de réduire le montant des dépenses publiques qui absorbent plus de la moitié du PIB traduit bien la non prise en compte qu’une nouvelle période de l’histoire s’est ouverte. Des civilisations sont mortes comme l’Egypte, les villes grecques, Rome. la Chine première puissance mondiale jusqu’en 1750 a connu plus de deux siècles d’éclipse. Il semblerait aujourd’hui que sauf réaction rapide dans les prochaines années, la pointe occidentale du continent eurasien connaisse un déclin sur fond de vieillissement démographique et de transformation en parcs d’attraction….

Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone