Le PERP, morne plaine

04/03/2009, classé dans

L’année 2008 a été celle du Livret A avec une collecte de près de 19 milliards d’euros. En revanche, l’assurance-vie et le PERP ont pâti de la crise financière et de l’augmentation du chômage. Les Français ont privilégie l’épargne à court terme dite de précaution.

2009 devrait être plus équilibrée du fait de la baisse du rendement du Livret A et des niveaux de rémunération des fonds euros.

Concernant le PERp, à la fin du mois de décembre 2008, 2,042 millions étaient ouverts soit une progression de 54 000 en un an. L’augmentation du nombre de plans a été de 3 % contre 6 % en 2007.

Le montant des cotisations est en légère baisse de 1 % par rapport à 2007, 1,036 milliard d’euros contre 1,051 milliard d’euros. Les versements ont chuté durant l’aggravation de la crise financière.

Les provisions mathématiques du PERP (encours) atteignent 4,043 milliards d’euros en progression de 19 % sur l’année.

L’année 2008 a été celle du Livret A avec une collecte de près de 19 milliards d’euros. En revanche, l’assurance-vie et le PERP ont pâti de la crise financière et de l’augmentation du chômage. Les Français ont privilégie l’épargne à court terme dite de précaution.

2009 devrait être plus équilibrée du fait de la baisse du rendement du Livret A et des niveaux de rémunération des fonds euros.

Concernant le PERP, à la fin du mois de décembre 2008, 2,042 millions étaient ouverts soit une progression de 54 000 en un an. L’augmentation du nombre de plans a été de 3 % contre 6 % en 2007.

Le montant des cotisations est en légère baisse de 1 % par rapport à 2007, 1,036 milliard d’euros contre 1,051 milliard d’euros. Les versements ont chuté durant l’aggravation de la crise financière.

Les provisions mathématiques du PERP (encours) atteignent 4,043 milliards d’euros en progression de 19 % sur l’année.

Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Derniers tweets

En attendant mon papier sur ce sujet Les Stones, U2 : pourquoi les papys du rock cartonnent toujours po.st/5GMcjc via @LesEchos