Inflation : to be or not to be

16/05/2011, classé dans

Avec le renchérissement des prix du pétrole, de l’alimentation ou de l’habillement, l’inflation a continué son processus de hausse avec plus 0,3 % au mois d’avril soit 2,1 % sur un an. Au mois de mars, la hausse avait été de 0,8 %.

Cette accélération des prix réduit le pouvoir d’achat des Français.

« C’est inquiétant pour le pouvoir d’achat parce que même si les prix du pétrole baissent depuis début mai, les prix des autres produits de consommation courante vont continuer à augmenter », a commenté Mathilde Lemoine (HSBC).

Pour avril, l’Insee souligne également que l’inflation s’explique par l’augmentation des prix des produits manufacturés, liée notamment à la fin progressive des soldes d’hiver, et par de « fortes » hausses de prix des produits énergétiques et alimentaires.

Les prix des produits manufacturés ont progressé de 0,6 % (+0,2 % sur un an) le mois dernier avec une nette hausse pour l’habillement et les chaussures (+3,2 % ; +1,1 % sur un an) due à la fin des soldes. L’Insee relève aussi la hausse du prix des automobiles neuves (+1,0 % ; +3,0 % sur un an) avec la fin d’un certain nombre de promotions.

Toujours selon l’Insee, les prix de l’alimentation ont augmenté le mois dernier de 0,2 % (+0,6 % sur un an).

Les ménages ont jusqu’à maintenant maintenu leur niveau de consommation en réduisant leur effort d’épargne qui est redescendu en-dessous de 16 %, niveau historiquement haut.

L’inflation reste à un niveau contenu du fait des excédents pesant l’offre (main d’oeuvre et produits industriels) et du fait de l’absence de revalorisation salariale (pas de spirale inflationniste).

Le relèvement progressif des taux de la Banque Central Européenne (1,25 % actuellement et qui pourrait atteindre 2 % d’ici la fin de l’année) devrait freiner les menaces d’emballement. Si l’inflation restait dans la fourchette des 2 à 3 %, il n’y aurait peu de conséquence sur un plan macro-économique. Après un premier trimestre assez porteur, les économistes attendent un léger ralentissement à partir du second semestre du fait de l’impact des plans d’assainissement budgétaire et du relèvement des taux d’intérêt.

Le taux d’épargne devait s’abaisser en France autour de 15,6 % du revenu disponible brut d’ici la fin de l’année permettant de maintenir le pouvoir d’achat qui sera également amélioré par la diminution du chômage.

Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Derniers tweets

Pourquoi vos placements vous rapportent moins que vous ne le pensez... boursorama.com/actualites/pou… via @Boursorama

LE CERCLE DE L'EPARGNE : Le Mensuel du Cercle de l'Epargne N°38 de juin 201... cercledelepargne.blogspot.com/2017/06/le-men…

Le Mensuel N°38 du Cercle de l’Epargne : juin 2017 philippecrevel.fr/le-mensuel-n34…