Incertitudes américaines

23/10/2012, classé dans

L’élection présidentielle américaine se relève plus incertaine que prévu. Le maintien d’un fort taux de chômage, autour de 7,8 % et les menaces de ralentissement économique pénalisent Barack Obama qui est apparu durant ces dernières semaines déstabilisé. La partition du pays est assez marquée comme l’avait prouvé le duel Al Gore, Bush junior.

Si le nom du vainqueur n’est pas aisé à déterminer, l’Europe apparaît comme la grande perdante de cette élection. Aucun des deux candidats ne l’a mentionné durant e débat réservé à la politique internationale. Les Etats-Unis s’affranchissent du vieux continent qu’il considère en proie à des problèmes insolubles de gouvernance.

Il n’en demeure pas moins que la vieille Europe rattrape légèrement son retard en matière de résultats boursiers. Le S&P 500 a progressé de 14 % aux Etats-Unis contre 11 % à Paris et 24 % à Berlin. L’appréciation de l’euro et les bons résultats des compagnies européennes jouent en faveur de ce rééquilibrage. En outre, les entreprises européennes valent peu chères par rapport aux entreprises américaines dont la valeur a retrouvé celle d’avant la Grande récession. Il y a donc encore des marges d’appréciation pour les entreprises européennes d’autant plus que les Etats-Unis devront mettre en oeuvre un plan de réduction des déficits publics en 2013.

Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Derniers tweets

Philippe Manœuvre : « Je suis fasciné par l’arrogance de mauvais garçons des Rolling Stones » lemonde.fr/the-rolling-st…

"It’s the economy stupid !" : voilà comment Angela Merkel s’apprête à être réélue dans un fauteuil | po.st/jGPrI8 via @po_st

Pourquoi les Français préfèrent laisser leur argent sur leur compte courant po.st/Znc9Yv via @LesEchos