Débat sur les retraites entre démagogie et refondation

22/04/2009, classé dans

Le rendez-vous des retraites de 2008 a été manqué du fait de la crise financière, du fait que le chômage était à son niveau le plus bas, du fait que l’harmonisation des régimes spéciaux obtenue sans grande casse a été perçue comme un exploit…
Mais, le dossier n’a été que partiellement fermé. L’accroissement plus rapide des déficits en raison justement de la crise mais aussi du dispositif mis en oeuvre pour les carrières longues devient préoccupant. Le déficit de la sécurité sociale dépassera 18 milliards d’euros en 2009 et celui de l’assurance vieillesse flirtera avec les 10 milliards d’euros. Face à cette situation qui n’a vocation, malheureusement, qu’à s’aggraver le Gouvernement est tiraillé entre les vieilles recettes pour lutter contre l’envolée du chômage, c’est à dire la remise au goût du jour des préretraites et de l’autre l’adoption de réformes audacieuses pour garantir la pérennité de notre système de retraite. A travers une proposition de loi déposée par plusieurs députés UMP, la majorité entend, à titre exceptionnel, remettre en cause la suppression des préretraites décidée il y a quelques mois dans le cadre de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2009. C’est bien connu dans le passé, les préretraites ont réussi à endiguer le chômage des jeunes… Comme quoi les vieilles rengaines n’en finissent pas de hanter les couloirs des palais nationaux même si elles riment avec échecs. Comment croire qu’une entreprise se séparant de vieux salariés les remplacera par des jeunes, comment croire qu’un vieux salarié occupe un emploi identique à celui d’une jeune recrue ? Il n’y a que dans le cinéma pour voir de telle scène. En outre, cette année plus de 750 000 retraités partiront à la retraite, la question n’est donc pas celle d’élaguer les vieilles branches des entreprises françaises mais au contraire d’améliorer la formation des futurs salariés. L’argent destiné aux préretraites serait plus utile s’il était affecté à la formation des jeunes actifs. La crise contrairement aux idées reçues est une crise d’offre et non une crise de la demande.
Au-delà de la démagogie, certaines voix se font entendre pour débattre enfin réellement de l’âge légal de départ à la retraite. Notre pays est un des derniers a resté avec un âge fixé à 60 ans. La moyenne est à 65 ans et certains Etats ont décidé progressivement de le repousser à 67 voire 69 ans. Affreux, recul social, exploitation des vieux… Mais, il faut souligner qu’en soixante ans, l’espérance de vie à la retraite est passée de 10 à 17 ans. Bien évidemment, le travail des seniors suppose des adaptations, la prise en compte des capacités physiques. La Finlande et globalement les pays d’Europe du Nord sont en avance sur le sujet. Par ailleurs, un senior au travail a moins de risque de développer des maladies en particulier celles liées à la dégénérescence du cerveau…
Autre piste de réflexion lancée au sein de la majorité et sur laquelle travaille le Conseil d’Orientation des Retraite, la transformation du régime général de retraite qui est aujourd’hui un système à cotisations définies en un système par points ou en un système notionnel sur le modèle suédois. Les avantages d’une telle modification est de pouvoir mieux anticiper financièrement les effets du vieillissement sur les comptes de l’assurance vieillesse en jouant sur deux paramètres, la valeur d’achat du point en période de constitution de sa retraite et la valeur de rachat du point au moment de la liquidation. Le régime par points permet de mieux prendre en compte les parcours professionnels des salariés et rend plus facile les achats supplémentaires de points pour améliorer sa retraite. Les salariés décidant de poursuivre leur activité au-delà de l’âge légal et ayant le nombre de trimestres suffisant peuvent tirer un plus grand bénéfice que dans le système actuel.
La page du rendez-vous des retraites pour 2008 est à peine tournée que celle de 2010 s’annonce. Les discussions seront marquées tout à la fois par la nécessité d’endiguer un déficit structurel mais aussi par l’éventuelle persistance de la crise. Entre passion et raison, le débat entre les partenaires sociaux risque d’être délicat.

Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone