Débat sur le retraites, les 35 heures n’auront servi à rien

16/10/2010, classé dans

Plus de dix ans après l’adoption des 35 heures, le débat économique n’a pas progressé ; il aurait même tendance à régresser.

A écouter certains responsables politiques et les manifestants qui s’opposent à la réforme des retraites, le report à 62 ans de l’âge légal de départ à la retraite provoquera un chômage accru des jeunes.

De trop nombreux Français continuent de penser ou veulent croire que le partage du travail est LA SOLUTION. Ils ne veulent pas admettre que seule la croissance peut nous sortir de l’ornière dans laquelle nous nous sommes placés depuis plus d’un quart de siècle.

La croissance, c’est du travail, du capital et du progrès technique. En France, le capital est honni, le travail est un facteur invariant et le progrès technique est plus subi que recherché sauf quand nous sommes des consommateurs comme en témoigne le succès des iPhone ou iPad.

Depuis plus d’un quart de siècle, nous acceptons un recul de la France à travers le seul indicateur réellement pertinent, le PIB par habitant. Or, la France recule depuis 1998. Elle se place en 11ème position au sein de l’Union européenne et au 17ème rang au niveau de l’OCDE. Du fait de l’augmentation plus rapide de sa population que celle des autres Etats européens, la France doit obtenir un taux de croissance supérieur pour maintenir le niveau de vie de ses habitants.

Or, évidemment, il est facile de considérer qu’un senior en fin de carrière continuant de travailler au-delà de 60 ans vole un emploi à un jeune de 25 ans.

Evidemment, il est connu que le poste occupé par le senior sera récupéré du jour au lendemain par le jeune salarié. A quoi auraient servi 40 années d’expérience si tel était le cas. A quoi aurait servi des années de formation si un jeune devait prendre un poste qui se libère ? L’économie ne se résume pas à une série de cases qu’il faut remplir faute de quoi elle serait vouée à l’autodestruction. L’économie moderne est intiment liée aux gains de productivité. La croissance chinoise en est, une fois de plus, la traduction. L’exode des paysans vers les villes, vers l’industrie et les services génère des gains de productivité d’autant plus forte que l’intégration du progrès technique s’effectue à une vitesse par nature très supérieure à ce que nous avons connue.

A ce titre, nous devrions nous réjouir de la croissance des pays émergents au regard des propos qui étaient tenus dans les années soixante et soixante-dix sur le sous-développement…

Le problème de l’économie française est l’étroitesse de sa population active. Elle se réduit aux personnes de 25 à 55 ans avec en plus 10 % qui sont sans emploi.

Au lieu de perdre du temps sur la question de l’éventuelle substitution des vieux salariés par des jeunes, il serait plus judicieux de travailler sur l’élargissement de la base de production. Il y a un parallèle évident entre l’étroitesse de la population active et le niveau de productivité horaire. Le haut niveau de productivité vise à limiter au maximum le recours au facteur travail. Pour atteindre un haut niveau de productivité, le salarié doit être formé d’où les problèmes d’insertion des jeunes. Du fait de la retraite à 60 ans et du consensus sur la baisse d’efficience du salarié de plus de 50 ans, les entreprises désinvestissent sur le seniors ce qui explique en partie le chômage des plus de 55 ans, chômage qui est néanmoins plus faible que celui des jeunes. Le taux d’emploi des 55-59 ans est dans la moyenne de l’Union européenne, ce n’est qu’à partir de 59 ans que ce taux chute pour atteindre 17 % quand il est de plus de 35 % au sein de l’Union européenne entre 60 et 65 ans. Le départ effectif à la retraite est de 59,5 ans en France contre plus de 60 ans dans les autres pays de l’OCDE. La France a depuis le milieu des années 70 recouru plus que tout autre pays aux préretraites avec le succès que nous connaissons en matière de chômage et en particulier en matière de chômage des jeunes. Il faut avant tout l’avouer les préretraites ont permis à des salariés de partir plutôt à la retraite et cela dans de bonnes conditions financières. L’intérêt général arrivait bien après la satisfaction qui peut être légitime de prendre une retraite agréable et longue. Mais, avec une espérance de vie à la retraite qui atteint désormais 25 ans contre 15 en 1950, pouvons-nous faire comme si rien n’avait changé ?

C’est au moment même où l’étirement de la vie se manifestait de plus en plus nettement que la contraction de la période d’activité s’est accélérée avec la fixation en 1982 de la retraite à 60 ans ainsi qu’avec l’entrée plus tardive sur le marché du travail (études et problèmes d’insertion). Depuis 1980, la durée de la vie active s’est réduite de 8 ans. Par ailleurs, au sein de l’OCDE, la France figure à l’avant dernier rang pour la durée du Travail.

Il faut relever le plafond d’activité et la ligne d’horizon qui borne le temps de travail des actifs français. Le remède à la pénibilité au travail et au mal être au travail qu’une manifestante samedi 16 octobre sur France 2 soulignait en affirmant qu’à « 40 ans elle n’en pouvait plus et que de ce fait à 60 ans elle ne serait qu’une épave », ne passe certainement pas dans la réduction continue du temps de travail.

Le défi des retraites dépasse la simple question du financement des dépenses vieillesse. Il pose la question de la place et du rôle du travail et de l’acceptation des lois de l’économie moderne.

En Allemagne, le report à 69 ans de l’âge de départ à la retraite tout comme au Royaume-Uni. Or, même si cela ne fait plaisir à personne, la prise en compte de certaines réalités se fait plus facilement qu’en France. L’existence d’un minimum de consensus social explique sans nul doute la relative sérénité qui existe dans ces pays face au problème du vieillissement de la population.

Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Derniers tweets

Philippe Manœuvre : « Je suis fasciné par l’arrogance de mauvais garçons des Rolling Stones » lemonde.fr/the-rolling-st…

"It’s the economy stupid !" : voilà comment Angela Merkel s’apprête à être réélue dans un fauteuil | po.st/jGPrI8 via @po_st

Pourquoi les Français préfèrent laisser leur argent sur leur compte courant po.st/Znc9Yv via @LesEchos