Aux amis de la décroissance

18/02/2013, classé dans

Avec la crise, les tenants du concept de décroissance sont plus discrets mais leur petite musique de nuit n’en continue pas moins de hanter les esprits. La récession ne serait-elle pas la preuve que notre modèle de croissance est arrivée à son terme et qu’il faut s’habituer dans les prochaines années de moins dépenser. Notre situation marquerait la victoire de Malthus sur tous les hérauts de la croissance sans fin.

Le constat économique, surtout en Europe, traduit bien un épuisement de la croissance avec en particulier un recul des gains de productivité. L’Europe semble s’être mise aux abonnés absents du progrès, de l’innovation et de l’investissement. Certes, cette baisse des gains de productivité n’est pas propre à l’Europe ; les Etats-Unis y sont confrontés mais de manière moins forte. L’hebdomadaire »The Economist » n’a-t-il pas, au courant du mois de janvier, titré sur la panne du progrès. Moins de découvertes majeures depuis une dizaine d’années et des difficultés à intégrer l’ensemble des avancées liées aux techniques de l’information constituent la trame de fond de cet essoufflement. Il y aussi un doute croissant de la population face aux progrès supposés de la science. Le rejet des OGM, du gaz de schiste et les polémiques sur les vaccins ou les médicaments en France témoignent d’un changement radical d’attitude vis-vis du progrès même si cela ne modifie guère les habitudes d’achat au quotidien. La France n’est-elle pas un des pays les plus connectés et les mieux équipés en Smartphone malgré les polémiques sur les effets des ondes ? Un autre symbole préoccupant de cette défiance à l’égard des sciences est la diminution du nombre de jeunes souhaitant suivre un cursus dans les écoles d’ingénieurs. Le diplôme d’ingénieur n’est plus perçu comme un sésame pour un avenir radieux.

Avec un faible taux d’emploi et un vieillissement rapide de sa population, l’Europe semble tourner le dos à la croissance. Le prix à payer est élevé. En effet, compte tenu de l’accroissement des charges publiques, la compétitivité de nombreux Etats se dégrade avec à la clef une aggravation du chômage. Sans gain de productivité, sans croissance, pas de possibilité de prendre en charge l’augmentation des dépenses retraite et des dépenses de santé. Par ailleurs, la réduction du nombre d’actifs aboutit à une redistribution des revenus dont ces derniers sont les perdants. Si on ajoute un accroissement de la population, plus de 200 000 personnes en France, chaque année, faute de dégager suffisamment de croissance, c’est le niveau de vie moyen des habitants qui diminue.

Les tenants de la décroissance soulignent souvent que la redistribution des richesses au sein de la population permettrait d’améliorer la situation des plus démunis. Il faut noter que la France se caractérise par un des plus élevés taux de prélèvements obligatoires, 46 % du PIB, par un niveau de dépenses publique de 56 % du PIB et par un rapport constant entre les revenus des 10 % les plus riches et ceux des 10 % les plus pauvres. Ce ratio a peu évolué ces dix dernières années et tourne autour de 3,6. Certes, en termes de détention de patrimoine, les écarts sont plus importants et sont accrus en raison de la progression des prix de l’immobilier. Une plus grande taxation des revenus et des patrimoines peut se justifier au nom d’un louable effort de solidarité mais elle ne pourra pas seule améliorer la situation des personnes en difficulté et garantir la pérennité de notre système de protection sociale.

La conjonction des déficits publics et des déficits commerciaux a pour conséquences, dans un grand nombre de pays européens, une diminution du pouvoir d’achat des ménages. Le processus d’assainissement à défaut de pouvoir reposer sur la restauration de la croissance revient à ajuster le niveau de revenus et le niveau de prestations sociales cohérent avec la création de richesses. Cet ajustement pourrait aboutir, en moyenne, à une moindre progression des revenus, en France, de 10 à 15 % d’ici cinq ou six ans.

Le combat de la croissance est donc une obligation faute de quoi les tensions sociales s’aiguiseront dans les prochaines années. Les tenants de la décroissance mettent en avant le potentiel des services à la personne ou des services de proximité comme gisements d’emplois et de richesse. Or, ces services pour se développer supposent d’avoir été solvabilisés. Ces services reposent sur des ressources publiques et donc sur la redistribution. Par nature, les services à la personne génèrent peu de gains de productivité même si les nouvelles techniques de communication offrent, en la matière, quelques perspectives aux prix d’une relative déshumanisation. Les avocats de la décroissance n’ont pas torts sur tout ; bien au contraire, surtout quand ils demandent de réfléchir sur le modèle de notre croissance. En effet, il est justifié de mieux utiliser les ressources rares qui sont à la base de la production. L’énergie, les matières premières mais aussi l’ensemble de ce qui constitue l’environnement appartiennent à cette catégorie. L’économie circulaire, avec à la clef l’utilisation de tout ce qui est considéré aujourd’hui comme des déchets, est sans nul doute un progrès tout comme le passage d’une économie de la possession à celle de l’utilisation. Acheter un bien pour l’utiliser quelques minutes constitue un gaspillage et une mobilisation inutile de capital et de travail, autant faciliter sa circulation et donc sa multi-utilisation.

La crise actuelle doit nous permettre de revoir tout à la fois les modes de production et de consommation. En revanche, cette remise en cause doit s’appuyer sur un effort accru en matière d’investissement et en matière de formation. Pour financer un haut niveau de dépenses sociales, plus de 34 % du PIB et compte tenu de la montée en puissance des dépenses de retraite et de dépendance, l’économie française doit rapidement se positionner sur des créneaux à fort taux de marge essentiellement le premium. La réputation de la France dans le domaine du luxe doit se généraliser aux autres secteurs d’activité. A défaut de pouvoir conserver la production sur le territoire, le développement des centres de recherche, de la conception et l’accueil des sièges sociaux constituent des priorités. La France étant capable d’attirer plus de 80 millions de touristes chaque année devraient accroître son attractivité économique. Si l’impôt sur les sociétés ne constitue pas le principal écueil, en revanche, la complexité administrative en est un et pas seulement en ce qui concerne le droit du travail. Les règles d’implantation et les strates de collectivités territoriales constituent de réelles entraves. Pour éviter une spéculation foncière et un déséquilibre économique patent au profit de l’Ile de France, la réanimation des pôles régionaux serait nécessaire à la condition de ne pas se limiter à des transferts arbitraires de services administratifs. L’amélioration des infrastructures et des liaisons les pays étrangers devraient figurer au rang des priorités. Compte tenu de la taille du pays, il y a peut être trop de faux aéroports internationaux.

La décroissance est une illusion et surtout une impasse car l’économie n’est que mouvement. Sans croissance, il n’y a pas de possibilité de conforter l’acquis et de l’améliorer. La question ce n’est donc pas de jouer perdants d’office mais bien de renouer les fils de la croissance perdue voire de retrouver de nouvelles sources de croissance.

Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Derniers tweets

Philippe Manœuvre : « Je suis fasciné par l’arrogance de mauvais garçons des Rolling Stones » lemonde.fr/the-rolling-st…

"It’s the economy stupid !" : voilà comment Angela Merkel s’apprête à être réélue dans un fauteuil | po.st/jGPrI8 via @po_st

Pourquoi les Français préfèrent laisser leur argent sur leur compte courant po.st/Znc9Yv via @LesEchos