Assurance-vie : un mois de janvier 2014 correct sans être extraordinaire

25/02/2014, classé dans

L’assurance-vie n’a pas raté son entrée dans 2014.

Après un mois de décembre décevant marqué une décollecte de 1,6 milliard d’euros, l’assurance-vie à l’image du Livret A a réussi son entrée en 2014 avec une collecte nette de 1,4 milliard d’euros. Néanmoins, elle est en recul par rapport au résultat de 2013 où la collecte nette avait été de 3,6 milliards d’euros.

A l’exception du cas particulier de 2012, le résultat du mois de janvier 2014 apparaît assez moyen. Logiquement, la collecte nette sur ces dix dernières années du premier mois de l’année se situe entre 3 et 6 milliards d’euros (en 2012 -1,3 milliard d’euros).

Avantage au Livret A

Le Livret A a battu, au mois de janvier, l’assurance-vie avec une collecte positive de 1,6 milliard d’euros (2,2 milliards d’euros avec le Livret de Développement Durable)/

Les cotisations d’assurance-vie se sont élevées à 11,3 milliards d’euros contre 10,5 milliards d’euros au mois de décembre. Elles sont néanmoins en retraite de 12 % par rapport au mois de janvier 2013. Après les bons résultats de la bourse l’année dernière, les épargnants ont, en janvier, choisi un peu plus les unités de compte au détriment des fonds euros. Elles ont progressé de 6 % quand les supports euros régressent de 15 %. L’annonce des rendements en légère baisse a pu influencer les épargnants.

Les prestations (rachats) restent toujours à un niveau élevé en atteignant au mois de janvier 9,9 milliards d’euros contre 9,2 milliards d’euros en janvier 2013. Le montant moyen des prestations dépasse désormais en rythme mensuel les 9 milliards d’euros quand auparavant le niveau moyen était de 8 milliards d’euros. Le montant des prestations par rapport à l’encours est passé en un an de 7,4 à 7,5 %. La maturité des contrats et la volonté des Français de maintenir leur niveau de vie expliquent cette évolution structurelle.

Un encours qui se rapproche de la barre des 1500 milliards d’euros

L’encours de l’assurance-vie s’élève à 1465 milliards d’euros contre 1462 milliards d’euros au mois de décembre et 1407 milliards d’euros au mois de janvier 2013.

Des Français qui ne savent pas sur quel pied dansé

Les Français, en ce début d’année, ont décidé de reconstituer leur épargne en jouant sur le volet épargne réglementée et assurance-vie. Ces deux catégories ont ainsi bénéficié d’un apport net de 3,6 milliards d’euros au cours du premier mois de l’année. Les contraintes financières avec les impôts à acquitter et une prudence face aux incertitudes économiques expliquent ce retour en force de l’épargne. Les Français continuent donc d’épargner mais un peu moins qu’avant. En revanche, il n’y a plus de régularité dans les collectes, une collecte positive pouvant suivre une décollecte et inversement.

Ces résultats sont en phase avec la dernière enquête du Cercle des Epargnants qui souligne que les Français sont un peu schizophrènes face à leur épargne en voulant tout à la fois puiser dans leur bas de laine tout en l’augmentant. Entre le désir de maintenir le niveau de vie et celui de mettre de l’argent de côté pour faire face à de futurs éventuels problèmes, les Français hésitent ou plutôt gèrent au fil de l’eau en fonction des contraintes et des moyens disponibles.

Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Derniers tweets

En attendant mon papier sur ce sujet Les Stones, U2 : pourquoi les papys du rock cartonnent toujours po.st/5GMcjc via @LesEchos