85 milliards de déficit bugetaire en 2014 !

06/02/2015, classé dans

Le déficit budgétaire a été de 85,6 milliards d’euros en 2014 en augmentation de plus de 10 milliards par rapport à 2013. Néanmoins en soustrayant les dépenses du nouveau programme d’investissements d’avenir (PIA), le solde s’établit à 73,6 milliards d’euros, en amélioration de 1,3 milliard d’euros par rapport à 2013.

Bercy souligne que l’Etat a réalisé  Md€ de dépenses en moins.

Le déficit a été amélioré de 3,4 Md€ par rapport à la prévision de la deuxième loi de finances rectificative pour 2014 (-89,0 Md€) et de 1,5 Md€ par rapport à la prévision associée au PLF 2015 (-87,0 Md€).

Les dépenses ont ateint  377,7 Md€ contre 376,7 Md€ à fin décembre 2013. Hors PIA, les dépenses s’établissent à 366,7 Md€.

Les dépenses de personnel hors pensions affichent une quasi-stabilisation par rapport à 2013. La charge de la dette est en baisse significative par rapport à 2013, compte tenu notamment du faible niveau des taux d’intérêt. Les dépenses de fonctionnement sont en baisse prononcée entre 2013 et 2014 (-3,2 Md€). Les dépenses exceptionnelles constatées sur le budget général en 2014 atteignent 14,3 Md€. D’une part, le programme d’investissements d’avenir, portant 11 Md€ de dépenses sur 13 programmes budgétaires dédiés sur le budget général (et 1 Md€ sur les comptes spéciaux), est à l’origine du dynamisme des dépenses d’intervention et d’investissement en 2014.

Au 31 décembre 2014, les recettes du budget général (nettes des remboursements et dégrèvements) s’établissent à 292,0 Md€ contre 301,2 Md€ à fin décembre 2013, soit une baisse de 9,3 Md€. Le produit des recettes fiscales nettes à fin décembre 2014 est en retrait de 9,7 Md€ par rapport à décembre 2013 en lien avec la diminution du produit de l’impôt sur les sociétés, qui s’explique en particulier par l’entrée en vigueur du crédit d’impôt en faveur de la compétitivité et de l’emploi (CICE).

En revanche, les recettes fiscales nettes à fin décembre 2014 sont en amélioration de 2,0 Md€ par rapport à la prévision de la deuxième loi de finances rectificative (LFR 2) pour 2014, du fait d’un meilleur rendement qu’attendu pour l’impôt sur le revenu (+0,9 Md€ par rapport à la prévision de LFR 2 2014) , l’impôt sur les sociétés (+0,8 Md€ par rapport à la prévision de LFR 2 2014) et la taxe sur la valeur ajoutée (+0,7 Md€ par rapport à la prévision de LFR 2 2014) atténué par une moinsvalue sur les autres recettes fiscales nettes y compris la TICPE (-0,4 Md€ par rapport à la prévision de LFR 2). Le produit des recettes non fiscales à fin décembre s’établit à 13,9 Md€, en progression de 0,2 Md€ par rapport au niveau constaté à fin décembre 2013

Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Derniers tweets

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ? atlantico.fr/node/3592537

#RencontresU2P Place à notre seconde table-ronde de la journée : quelles sont les conditions d'une reprise rapide e… twitter.com/i/web/status/1… Retweeted by Philippe Crevel