Les Etats-Unis s’européanisent-ils ou enterrent-ils pour la seconde fois Keynes ?

31/10/2010, classé dans

Avec un taux de croissance qui ne dépasse plus, en rythme annuel, les 2 %, avec un taux de chômage supérieur à 10 % (4 points au-dessus de celui de l’Allemagne), avec un déficit public de plus de 10 % du PIB et une dette publique qui dépasse 94 %, soit le taux plus élevé constaté depuis 1948, les Etats-Unis ressemblent aux moins vertueux des pays de la zone euro.

Plus inquiétant, pour soutenir l’économie et financer le déficit fédéral, la Banque centrale américaine rachète à tour de bras des bons du Trésor « quantitative easing » en créant de la monnaie. La FED recourt, ainsi, à l’arme très controversée de la planche à billets qui prend la forme, aujourd’hui, de monnaie numérique virtuelle. Il n’en demeure pas moins que dans le passé ce type de création monétaire génère de l’inflation et expose les Etats à la banqueroute. Rappelez-vous des assignats, de l’Allemagne de l’entre-deux-guerres !

Depuis le début de la crise financière et l’élection du Président Barack Obama, les Etats-Unis ont remis au goût du jour la politique keynésienne en utilisant tout l’arsenal possible pour soutenir la demande, le budget, les impôts, les taux, la monnaie. Or, force est de constater que si les plans de relance (plus de 750 milliards de dollars) ont permis d’atténuer la dureté de la récession qui a été en 2009 plus faible que celle constatée, par exemple, en Allemagne, ils n’ont pas réussi l’enclenchement d’un cercle vertueux de croissance.

La réussite de l’Allemagne prouve que la solution passe par la compétitivité et un bon positionnement de l’offre et non par une stimulation artificielle de la demande.

A ce titre, il convient de ne pas enterrer trop rapidement les Etats-Unis qui ont démontré leur capacité de rebond dans le domaine du gaz. En utilisant de nouvelles techniques d’extraction du gaz naturel piégé dans les roches, les Etats-Unis, ont multiplié par deux leur réserve et sont devenus exportateurs de gaz. En moins de 10 ans, le poids du gaz de schiste dans la production américaine est passé de 1 à plus de 20 %. D’ici 2030, ce taux pourrait atteindre près de 50 %.

La force des Etats-Unis est de pouvoir rapidement valoriser les fruits de la recherche. Cette force sera bien utile pour contrecarrer la dérive actuelle.

Face aux déficits, les Etats-Unis devront, en effet, accepter l’inflation et faire sauter l’économie mondiale dans l’inconnu ou augmenter les impôts avec comme corollaire une baisse de la consommation ce qui pèsera sur la croissance mondiale. Certes, le taux des prélèvements obligatoires est de plus de 10 points inférieur au notre (il faut néanmoins souligner que des dépenses privées comme la retraite ou l’assurance-maladie sont en France et plus généralement en Europe de nature publique ; ce qui fausse les comparaisons). La meilleure solution pour tous serait que les Etats-Unis retrouvent une croissance assise sur l’innovation, les gains de productivité et non une croissance assise sur les bulles spéculatives nourries par l’argent public ou la fausse monnaie.

Afin que les Etats-Unis ne s’européanisent pas trop vite, il apparaît indispensable qu’ils enterrent une fois pour toute Keynes….

Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Derniers tweets

Le Coin des Epargnants du 18 novembre 2017 | Lorello lorelloecodata.com/le-coin-des-ep…

L’agenda économique du 18 au 25 novembre 2017 | Lorello lorelloecodata.com/lagenda-econom…

#Arrco #Agirc Bien loin du déchainement médiatique de ces derniers jours, les négociations sur la #retraite des… twitter.com/i/web/status/9… Retweeted by Philippe Crevel