Les entreprises françaises toujours en retard pour l’utilisation d’Internet

11/04/2014, classé dans

Si les entreprises françaises disposent de plus en plus de sites Internet, elles ont en revanche pas assez recours aux réseaux sociaux pour faire connaitre leurs activités,  leurs prooduits Ainsi, seulement une société sur cinq d’au moins 10 personnes utilise les médias sociaux

Les médias sociaux désignent plusieurs types d’applications Internet : les réseaux sociaux (Facebook, LinkedIn, Xing, Viadeo, Yammer, Google+, etc.), les blogs d’entreprise ou les microblogs (Twitter, Present.ly, etc.), les sites web de partage de contenus multimédias (Youtube, Flickr, Picasa, Slideshare, etc.) et les wikis et autres outils de partage des connaissances. Destinés au grand public à leur apparition au début des années 2000, les médias sociaux sont maintenant investis par certaines sociétés. Elles y trouvent un moyen de renforcer ou développer aussi bien leurs relations externes (clients, partenaires ou autres organisations) que leur communication interne.

En 2013, en France, 20 % des sociétés d’au moins 10 personnes disposent d’un profil, d’un compte ou d’une licence d’utilisateur pour accéder à un ou plusieurs médias sociaux. Les plus fréquemment utilisés sont les réseaux sociaux (18 % des sociétés ont un compte). Les blogs et les sites web de partage de contenus multimédias sont plus rarement utilisés (5 %), tout comme les wikis et autres outils de partage des connaissances (4 %). La France est en retard par rapport aux autres pays européens. La moyenne au sein de l »UE est de 30 % pour l’utilisation de réseaux sociaux.

Figure 1 – Utilisation des médias sociaux en 2013

Figure 1 - Utilisation des médias sociaux en 2013    Sans surprise, l’usage d’un média social est deux fois plus fréquent qu’en moyenne au sein des sociétés d’au moins 250 personnes (43 %). Les sociétés du secteur de l’information, de la communication et de la réparation d’ordinateurs utilisent davantage les médias sociaux (60 % utilisent au moins un média), étant tournées naturellement vers les technologies proches de leur cœur de métier. Par ailleurs, les sociétés de l’hébergement et de la restauration recourent plus que la moyenne nationale aux réseaux sociaux  (38 %). Les sociétés des secteurs de la construction, des transports et de l’industrie sont les moins utilisatrices (de 10 % à 13 %).

Seulement 4 % des sociétés d’au moins 10 personnes ont une charte d’utilisation des médias sociaux (20 % si l’on se restreint aux utilisatrices des médias sociaux). L’existence d’une telle charte, qui implique la définition d’objectifs clairs, de procédures et de règles, notamment des règles légales et éthiques d’utilisation par les employés, peut être révélatrice d’un investissement important d’une société dans les médias sociaux. En France, l’utilisation des médias sociaux paraît ainsi rarement intégrée à la stratégie d’une entreprise.

– Motifs d’utilisation des médias sociaux en 2013

Figure 2 - Motifs d'utilisation des médias sociaux en 2013

S’il y a un retard pour les réseaux sociaux, en revanche, le recours au site web se généralise même si la France est toujours à la traîne par rapport aux autres pays européens.

Parmi les sociétés implantées en France d’au moins 10 personnes, 65 % possèdent un site ou une page d’accueil web début 2013, contre 73 % des sociétés de l’UE28. Cette proportion a cependant augmenté puisqu’elle était seulement de 54 % en 2009 (58 % en 2010, 60 % en 2011), mais elle semble se stabiliser (64 % en 2012).

La présence sur le web est d’autant plus fréquente que la société est de taille importante. Ainsi, 94 % des sociétés d’au moins 250 personnes possèdent un site web contre 58 % des sociétés de 10 à 19 personnes.

C’est dans le secteur de l’information, de la communication et de la réparation d’ordinateurs que les sociétés s’affichent le plus sur le web : 94 % d’entre elles possèdent un site ou une page d’accueil web début 2013. Cette proportion est la même dans le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC), qui regroupe les secteurs d’activité dont les TIC constituent le cœur de métier (encadré)A contrario, la construction, avec 46 % de sociétés concernées, est le secteur le plus en retrait.

Parts des sociétés disposant d’un site web et de celles utilisant au moins un média social en 2013

Figure 3 - Parts des sociétés disposant d’un site web et de celles utilisant au moins un média       social en 2013

La vente web plus fréquente que par messages de type EDI, mais avec des montants moindres

Durant l’année 2012, 14 % des sociétés d’au moins 10 personnes ont reçu des commandes électroniques,  soit le même taux qu’en  2011. En 2012, 43 % des sociétés d’au moins 250 personnes ont pratiqué ce type de vente, contre 18 % de celles de 20 à 249 personnes et 9 % de celles de 10 à 19  personnes.

Le secteur de l’information, de la communication et de la réparation d’ordinateurs, ainsi que le commerce et l’hébergement-restauration, pratiquent davantage la vente électronique que les autres secteurs (environ une société sur cinq). Dans ces secteurs, la vente via un site web est beaucoup plus fréquente que celle via des procédures de type EDI, tandis que les ventes électroniques des secteurs de l’industrie et des transports sont majoritairement des ventes de type EDI (figure 5).

Si la vente de type EDI est moins répandue que celle via un site web, elle génère une part de chiffre d’affaires beaucoup plus importante : 10 % de celui de l’ensemble des sociétés d’au moins 10 personnes (33 % en se restreignant aux sociétés qui vendent par messages de type EDI) contre 4 % pour la vente web (13 % en se restreignant aux sociétés pratiquant ce type de vente). La quasi-totalité des sociétés commerçant sous forme électronique ont reçu des commandes de clients localisés en France ; mais les sociétés qui vendent sur le web ont enregistré plus souvent des commandes de l’étranger que celles qui vendent par EDI : 49 % contre 27 %.

Part des sociétés qui réalisent des ventes électroniques en 2012

Figure 5 - Part des sociétés qui réalisent des ventes électroniques en 2012

* EDI : échange de données informatisé.

Champ : sociétés d’au moins 10 personnes implantées en France des secteurs principalement marchands hors secteurs agricole, financier et d’assurance.

Sources : Insee, Eurostat, enquêtes TIC

Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone